RELATIONS TOXIQUES

Mercredi 4 avril 2018, France 2 diffusait l’émission de Olivier Delacroix, Dans les yeux d’Olivier, portant sur les relations toxiques, et l’emprise. 

4 témoignages, 4 situations différentes, au coeur desquelles se jour toujours la même problématique : l’emprise, le contrôle, la violence psychologiques, la volonté de posséder, de dominer, jusqu’à détruire.
La culpabilité, le doute et la honte, tous teintés de peur, qui nourrissent ces relations.
L’envie de fuir, mais également l’envie d’aider, de sauver, d’aimer et d’être aimé(e), la croyance que l’amour soigne ou guérit ; le besoin de comprendre, la certitude que les « choses » vont changer, et redevenir comme avant, ou comme on le souhaiterait…
Tout ceci ressort des témoignages.
Victimes d’un conjoint, d’un père, d’une mère, d’un « thérapeute »-gourou, victimes de cette emprise sectaire, ces témoins racontent comment elles ont vécu cette emprise, la violence vécue, la souffrance générée, mais également, comment elles s’en sorties, avec quelle aide. Et comment, même après s’être libéré(e), un doute demeure, une anxiété s’est installée, ou une attente reste présente.

Capture d_écran 2018-04-07 à 10.15.16

Marie et Brigitte ont toutes les deux été victimes de leurs époux. Le conjoint de mari était le fils de Brigitte ; ensemble, elles se reconstruisent.
Bernard a été abusé par un faux thérapeute pendant 22 ans.
Camille a subi la violence perverse et cruelle d’un père.
Colette a connu l’abandon affectif et maternel et en raconte toutes les conséquences sur sa vie d’enfant puis de femme.

Merci à Olivier Delacroix pour la qualité de ses témoignages et documentaires.

6 commentaires

  1. Bonsoir Madame Buffet , je vous remercie chaleureusement , pour ce  » Replay  » de l’émission ‘ Dans les yeux d’Olivier ‘ …à chaque fois des témoignages identiques !!! …Ma mère est restée silencieuse , face à tout ce que subir ,  » mon géniteur  » …Le silence est pire !! et fait très mal !! les paroles de ce ‘ géniteur’ restent présentes !!!
    Je vous souhaite une douce nuit ….
    Cordialement
    Fabienne

    1. J’ai regardé l’émission dans les yeux d’Olivier où vous interveniez, nous sommes face à cette situation avec notre fille victime et complètement désorientée car ses enfants sont en garde provisoire chez leur père malgré des faits dénoncés de violences psychologiques sur elle mais aussi sur les enfants.
      Le tribunal de Pontoise avec le JAF ne tient pas compte des attestations lors des jugements et la situation devient très critique. Prochain jugement en juin.
      Notre fille est revenue vivre près de chez nous mais à 400kms de Paris. Et personne ne veut comprendre pourquoi cet éloignement, elle est devenue une proie. 10 ans de relations toxiques. Le plus dur c’est de se battre contre un personnage qui tient les enfants en otages…. 6ans et 10 ans.
      Je souhaite un jour vous contacter , j’ai vu vos conférences et je sais maintenant à qui on a à faire…. mais quoi faire ???
      Merci pour votre aide et votre volonté de faire savoir ce que sont ces violences psychologiques.

  2. …si je peux me permettre ‘ Patricia ‘ …évitez les services de la jeunesse , j’ai failli perdre mes enfants avec eux !! ces hommes PN , manipulent la Justice !! ils sont plus que procéduriers !!! ils manipulent et aliènent les enfants !! qui sont  » malléables  » malheureusement !! et ces hommes savent très très bien s’y prendre !! usez de ‘ ruse’ ou alors si vous avez vraiment confiance de l’intégrité de certaines assistantes sociales , magistrats ….ce n’est pas facile …ne pas  » se laisser impressionner par ces PN  » …ils essayent souvent de faire peur , du chantage …et malheureusement tout le monde les croit …
    Bon courage à vous ..
    Fabienne

  3. Je vais jeter un pavé dans la marre faire bondir et remuer les consciences peut-être, sûrement, mais tant pis ou tant mieux car il y’a trop longtemps que ça me démange..pas un bouton isolé, non, mais bel et bien de l’urticaire.

    Mais qu’est-ce que vous foutez !! vous les professionnels de santé psychologique, votre immobilisme ou semi-immobilisme, soyons modérés, m’exaspère au plus haut point.
    Vous qui partagez votre temps (dans des proportions qui diffèrent selon les personnes et les sollicitations) entre vos consultations dans vos cabinets, tout le monde à besoin de rèmunérations pour vivre, mais il y en a pour qui c’est un vrai business et les sollicitations médiatiques et autres conférences que vous animez afin de décrire des comportements déviants et les dégâts collatéraux qu’ils engendrent allant jusqu’aux suicides !!combien d’ailleurs, quelqu’un sait t’il ?!

    Alors vous les bouchoux, buffet, vergnes, hiridoyen qui sais-je encore, avec le savoir et la connaissance parfaite et maîtrisée que vous possédez sur le sujet et tous les conseils et autres recommendations que vous prodiguez pour aider au mieux(parfois bien maladroitement) les personnes qui sont victimes de ces faits que vous décrivez si justement que l’on se dit que vous avez pu les vivre vous-même, c’est faits de violences psychologiques que vous banalisez parce que vous vous contentez de les décrire en donnant au passage quelques solutions toutes faites pour s’en sortir (cela vous donne certainement bonne conscience), mais que faites-vous individuellement ou collectivement pour combattre le mal à la racine, pour endiguer le phénomène qui se développe dans notre société d’aujourd’hui ?
    De mon point de vue, rien ou pas grand chose mais je peux me tromper parce que pas au courant..
    Mais quand même, qu’attendez vous pour faire entendre la cause de vos patients(très habîmés) auprès des instances judiciaires, pourquoi ne pas vous regrouper pour ainsi former des équipes pluridisciplinaires tels que semble en parler Mr philippe Vergnes par exemple.
    Organisé de cette manière vous serez plus efficace et investi pour lutter contre ce phénomène (les victimes vous en seront gré aussi), vous pourrez venir en appui des juges qui pourront vous solliciter dans des dossiers complexes pour mettre au jour des profils dangereux, pas pour eux-mêmes, mais pour les autres, les enfants aussi (les plus vulnérables et qui deviendront des ados puis à leur tour des adultes).
    Nous avons tous le devoir, vous les professionnels et nous les victimes d’unir nos forces pour lutter plus efficacement contre ces violences,dans l’intérêt de la protection des enfants,de nos enfants aussi et c’est à n’en pas douter une question de santé publique.

    1. Je peux comprendre votre colère. Qui ne retire rien au fait que vous ne savez ce que nous agissons chacun sur le terrain. Que les instances ne bougent pas ainsi. Que les combats peuvent être mener silencieusement, ou bruyamment, et surtout, ne permettent pas toujours d’obtenir le résultat escompté, aussi déplorable que cela soit.
      Nous vivons dans un monde bureaucratique, technocratique; Il a fallu attendre 2010 pour qu’une première loi soit votée, et elle est bien peu appliquée. Oui, je comprends la colère et le désarroi. Mais nous agissons autant que nous pouvons face à des murs qui ne laissent passer, le plus souvent, ni son ni lumière.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s