BESTIAIRE

Hier lors du petit déjeuner proposé sur le thème de la victime et les tiers, cette phrase est encore revenue souvent. « Allez, ça va, passe à autre chose… »
Comme bien d’autres, celles dites par les tiers aveuglés ou inconscients, manipulés ou ignorants.
Ces phrases qui viennent de proches, ou de professionnels, ces gestes aussi, nous les appelons le « bestiaire ». Bestiaire, pour ne pas dire bêtisier.
Nous utilisons ce terme suite à une petite erreur de traduction, de l’italien vers le français. Car, en voulant dire « bêtisier », notre traductrice italienne a utilisé littéralement le terme qui lui semblait le plus approprié. Et au lieu de bêtisier, elle a prononcé bestiaire.
C’est cette sorte de bestiaire que nous proposons ci -dessous;
Ces phrases entendues par des tiers, professionnels ou non, qui font naître ou redoubler la honte et la culpabilité, et enferment un peu plus dans le silence, dans la peur de dire et surtout, dans la peur que ce soit répété à l’auteur des violences… et que de nouvelles violences s’en suivent.
La liste n’est pas exhaustive, loin de là. N’hésitez pas à la compléter…

0c616dcd92a72043543b338a8de29c1a
– maintenant que tu es partie ça devrait aller mieux
– il faut que tu tournes la page
– tu le cherchais quand même un peu
– toi aussi tu n’as pas toujours un caractère facile
– il devait tout de même avoir des bons côtés
– c’est ta mère, elle t’aime forcément
– on ne peut pas dire ça de ses parents
– allez, il faut aller de l’avant !
– tu ne t’es pas aperçue tout de suite qu’il était dangereux ?
– on s’en était rendu compte, mais on a préféré rien te dire
– la prochaine fois vous ne sortirez pas avec un homme infidèle
– il fallait porter plainte avant…
– arrête d’en parler tout le temps, ça nous fatigue
– tu penses à tes enfants ?
– c’est quand même un bon père / une bonne mère…
– vous n’êtes pas blessée ? Pas de coup ? Alors ce n’est pas si grave…
– si à chaque dispute on devait intervenir, on n’en finirait pas !
– pensez aux femmes afghanes et à ce qu’elles vivent, vous verrez que votre vie n’est pas si terrible
– imaginez que vous êtes Shéhérazade ; essayez de l’endormir
– madame, il fallait dire non ! Sinon c’est que vous le vouliez bien quand même.
– dans toutes les familles il y a des conflits, on n’en fait pas tous un drame
– tu devrais faire attention à toi, tu as mauvaise mine
– tu as pensé à e que les « gens » vont dire ?
– tu ne peux pas divorcer, tu ne peux pas me faire ça ! Dans nos familles on ne divorce pas !
– je comprends ce que tu as souffert mais tu ne m’en veux pas, je ne prends pas partie… c’est quand même mon ami aussi
– on passait pourtant des moments si agréables ensemble…
– il cachait bien son jeu, tu aurais pu nous prévenir !
– là je ne peux rien pour vous, si être victime vous tient tant à coeur


animau10

5 commentaires

  1. Bonjour,
    Je n ai pas encore osée écrire sur votre blog mais un jour j en aurai le courage. Merci pour ce bestiaire. En ce qui me concerne j ai eu : » vous devez maintenir le lien avec leur père » ou  » vous ne pouvez pas porter plainte avec des ressentis  » ou encore  » après la pluie le beau temps » « ça va t es encore jeune tu vas vite t en remettre » –  » c est pas possible, tu as vu tout ce qu il fait pour toi  » –  » dans un couple les problèmes c est 50/50  » et tout ce que vous avez déjà écrit…

  2. Oui malheureusement on entend souvent ces phrases et c’est très déstabilisant quand on tente coute que coute d’avancer. Quand je suis partie, ce qui a été le plus dur, ce sont les gens autour, professionnels compris qui m’ont dit « et le père dans tout ça, vous y avez pensé », « c’est son père quand même », « il faut passer à autre chose », « ce n’est pas en ressassant le passé que tu vas t’en sortir » ou pire je trouve « c’est pas faute de t’avoir mise en garde. » Tous ces mots répétés finissent par nous faire douter. On oscille alors entre culpabilité, peur, doutes, et envie de s’en sortir ». J’ai le souvenir d’avoir passé pas mal de temps à me demander si ce n’est pas moi au final qui avait inventé tout ça.
    Merci pour vos mots et vos messages qui sont une ressource essentielle et précieuse.

  3. J’ai entendu et entends encore beaucoup de ces phrases de la part de mon entourage. Mais le comble a été ce qui m’a été récemment dit par mon psychanalyste : « vous vous complaisez dans une relation sado-masochiste » et « votre fantasme est d’être une proie ». Je pense que cela pourrait être dans problème au « Bestiaire » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s