FRED ET MARIE, LE SPOT QUI DÉNONCE LES PERVERS NARCISSIQUES

C’est l’histoire de Fred et Marie. Elle était belle, l’histoire. « Mon Fred », « Ma Marie », tout ça. Et puis un très sale truc les a rongés, tous les trois, Fred, Marie et l’histoire. Jusqu’à ce que tout vire au cauchemar. Le très sale truc, c’est que Fred est devenu le propriétaire de Marie, de sa vie, de son corps, de son apparence, de ses mots, de ses goûts. Il a fini par tout imposer, tout décider, tout contrôler. Le comportement typique d’un « pervers narcissique« , pour reprendre l’expression en vogue.

La Belgique pionnière

Avec « Fred et Marie », la Belgique francophone est pionnière dans le genre. « Nous sommes les premiers à avoir abordé la violence psychologique, souligne Alexandra Adriaenssens. On avait regardé ce qui se faisait déjà, dans d’autres pays, histoire de ne pas réinventer la poudre. C’est là qu’on a constaté qu’en matière de lutte contre la violence conjugale, les autres n’abordaient que les coups.

Avec « Fred et Marie », on montre une violence beaucoup plus insidieuse, beaucoup plus perverse, où on entend assez peu de cris en fait. On met en évidence le rapport de domination qu’entretient l’auteur avec la victime ».

La campagne « Fred et Marie » a été menée par la Direction de l’Egalité des Chances en 2011 et 2012.
www.fredetmarie.be

476 comments

  1. J’ai subi un père comme ça. Ma mère a brillamment lutté pour nous protéger, mon frère et moi. Pour que nous conservions des moments de joie. Mais au final, nous n’avons connu qu’un couple peu aimant, qui se disputait tout le temps…
    Elle a fini par le quitter… le jour où elle a appris qu’elle avait un cancer, et où elle a réalisé que pour rester en vie, il fallait que toutes ses forces ne soient plus consacrées qu’à se battre contre la maladie. J’ai 29 ans aujourd’hui, et ça fait seulement quelques mois que ma mère a compris qu’elle aurait du quitter mon père beaucoup plus tôt, pour notre bien à tous.
    Alors elle n’a pas été la victime de la vidéo, soumise, silencieuse. Elle a lutté pendant 20 ans. Elle savait à qui (à quoi) elle avait affaire. Et pourtant, elle a attendu 20 ans et un cancer.
    Même lorsqu’on croit rester fort, même quand on pense garder un certain contrôle sur la situation… Le résultat est là.
    Et moi, aujourd’hui, je reproduis le schéma, comme on dit. Alors je lutte. Je ne suis pas la victime silencieuse et soumise. Alors je me dis que je ne suis pas victime. Mais je me pose beaucoup de questions… Maintenant que j’ai un fils, ai-je envie qu’il grandisse dans ces mêmes conditions ?
    J’espère que je trouverai la réponse avant… avant 20 ans et un cancer…

    1. J’ai le même genre de père, et ma mère a essayé de le quitter il y a trois mois, mais mon père s’est fait pardonné le mois dernier. Moi pendant ce temps je me suis trouvée un travail et réfugiée en Angleterre, pour ne pas avoir à craindre d’avoir mon père qui frappa à la porte. Après toute l’aversion que j’ai, après avoir été appellée faible, pigeonne et sans talent, mais qu’il était pas si mauvais comme père parce qu’il me laissait vivre sous son toit, et que malgré ses hurlements et qu’il me fasse peur, il m’aimait et que tout ca c’était « pour mon bien ».
      Et même si je ne reproduis pas le schéma maternel, mon père a bien endommagé mon estime de moi-même et j’ai des moments où j’ai du mal à rebondir sur mes pieds et je peux pas demander à l’aide. Sûrement parce que ma mère ne pouvait pas elle non plus.
      Enfin tout ca pour dire, c’est affolant combien d’enfants comme on l’a été ont vécu, vivent, et vivront ca dans leur vie. C’est incroyablement triste et révoltant.

      1. J’ai lu ton message qui m’a beaucoup touchée et je pense que ta maman et toi devez agir pour votre sécurité.. même si toi tu n’es plus chez lui, tu t’es éloignée de ta peur.. mais qu’en surface.. ta mère est peut etre en danger, en tout cas malheureuse. Sans vouloir m’imiscer dans ta vie je pense que ton père devrait se faire aider a canaliser sa violence. Il risquerait d’aller trop loin et de commettre l’rréparable. Tu peux encore agir et réagir avant qu il ne soit trop tard. Et tu sentiras une vrzie libération crois moi… vous pourrez refaire votre vie

    2. Si tu peux, tu le quittes au plus vite. J,ai vécu 8 ans avec un mec comme celui-là. Il a fallu qu’il veuille rentrer sa maîtresse dans notre maison et que j’ai peur de perdre la tête pour que je parte.

    3. Votre témoignage est très touchant….. En lisant votre texte, je me dis aussi qu’a une certaine époque on ne quittait pas facilement le domicile familial…. Pour un peu tout ce que vous décrivez d’ailleurs…..
      Pour vous maintenant il n’est pas trop tard. Dans un couple il ne doit pas y avoir un dominant et un dominé, un couple c’est de l’amour et du partage…. partages a tout point de vue, et savoir écouter et comprendre sans contraindre l’autre…..
      Bon courage à vous. Vous vous posez déjà les bonnes questions, vous avez aussi les réponses…. alors…. à vous de jouer

  2. C’est bien que ce soit une première dans le genre mais je trouve que c’est à côté de la plaque. Pas convaincu. C’est de la violence psychologique trop évidente. Le ou la pervers narcissique, ça peut être exactement tout l’inverse. Là on a juste un gros cliché du mec méchant qui tient sa femme en laisse sans les coups. Juste un énième spot contre la violence. Pas contre le PN qui généralement est tout l’inverse, il fascine, il est gentil. UN pervers narcissique entraine son conjoint à faire ce qu’il ou elle ne veut pas faire, tout seul. C’est pas de la domination justement.

    1. Exact, je sais pas si c’est mal écrit ou juste mal joué, là la victime se rend compte que son mec a un souci, alors qu’il faudrait qu’elle soit en permanence partagée entre le fait que ce soit elle ou lui qui ait un souci.

    2. il faudrait faire un long métrage pour réussir à toucher du doigt la subtilité de ces tortures.. il s’agit là d’un court métrage qui se devait d’avoir un impact réel en un minimum de temps et aux vues des multiples réactions, quelles qu’elles soient, il a été efficace.

  3. « Ne pas réinventer la poudre », ça aurait pu, pour une fois, ne pas à nouveau tomber dans le cliché « monsieur = le méchant ». La dangereuse asymétrie qui est le fait des communications sur ces sujets doit cesser.

    1. l »homme en tant que « méchant » comme vous dites, représente simplement la majorité dans ce genre de cas, ce qui ne veut pas dire que le reste n’existe pas… on s’adresse rarement aux minorités lorsqu’on veut avoir un maximum d’impact mais ce message n’est fermé à personne pour autant : voyez le nombre de témoignages qui justement prouvent que certains s’y sont reconnus et précisent qu’eux sont des « maris de », des « enfants de » ou des « amis de » … le PN est pointé du doigt et ce message a été vu tant de fois qu’on peut au moins reconnaître qu’il a eu son effet.

      1. La majorité de ces cas ?! C’est vous qui le dite .. C’est pas parce que les hommes ne se plaignent pas en permanence qu’il sont moins victimes

  4. J’ai vécu avec une maman PN et vécu 7 ans avec un homme PN. Pourquoi aller voir ailleurs quand on ne connait que ça…. Il m’aura fallu l’aide d’un an pour quitter cet homme à cause de la peur, de la honte et de la culpabilité de s’être laisser faire et même de cautionner ce genre de comportement : mensonges, tromperie, trahison, vol, humiliations publiques et intimes.
    Je vis avec un homme qui est adorable, sain et pourtant je le fatigue car il ne comprend pas que mon passé refait surface : je suis méfiante, parano, susceptible, négative et le plus invivable j’ai toujours, tout le temps peur de tout à présent.
    Et pourtant on dit de moi que je suis une fille enjouée, forte et qui a du caractère.
    Personne n’est à l’abri malheureusement…
    Courage à toutes et tous (eh oui les hommes aussi en sont victimes mon père en est une)

  5. c’est vrai que ça manque un peu de réalisme après avoir vécus 3 ans avec un PN je peux vous dire que ce gars là est plutôt sympas les vrai PN sont comme des animaux sauvage qui ne lâche pas leurs proies avant de les avoir achevés. une pensée pour toutes celles et ceux qui ne s’en sorte pas aussi bien qui les personnes qui peuvent témoigner aujourd’hui.

  6. il n’y a pas que dans les couples que l’on peut être victime d’un pervers narcissique, dans un cercle familial également et ces pervers sont difficilement reconnus comme pervers par l’entourage, les amis, les connaissances….ils sont très prudents et très forts pour paraitre ceux qu’ils ne sont pas…

  7. Je suis venue sur site comme pour faire un « test » et voir si la personne que je fréquente depuis quelques mois est un PN. Ici je trouve le trait très fort , le personnage presque grossier. Et si je devais me fier à cette vidéo , l’homme que je fréquente serait un doux agneau comparé à celui qui figure ici.
    Mes doutes demeurent, mais je me suis forcée à laisser un commentaire car je trouve la représentation du PN peu fiable et alarmante. Sans tomber dans la paranoïa : et si des personnes cherchant à se rassurer sur leur conjoint choisissait de rester avec, après avoir visionné la vidéo avec comme sentiment « Que sur la vidéo c’est évident qu’il y a violence … dans mon cas c’est plus subtil , après tout je dois être simplement paranoïaque. » ?

    1. Je comprends vos interrogations, en même temps je pense que le but premier de ce petit film était surtout de forcer un peu le trait afin de rendre ce problème plus visible. Ensuite, il y aura forcément des degrés dans les réels comportements des PN. A mon sens le plus important, c’est que vous vous posiez déjà la question vis-à-vis de votre conjoint, en ce sens, le film a vous a permis de graduer votre ressenti par rapport à la situation que vous vivez. Et si je m’en réfère à vos propos en fin de votre texte, il me semble que vous pensez fréquenter une personne PN, mais que vous auriez voulu en voir la preuve à l’écran. Dans certains cas la paranoïa peut être salvatrice, alors je vous dirais de garder l’oeil ouvert sur vos questionnements sans pour autant en faire une fixation. Car certaines fois, il arrive que nos peurs nous poussent à avoir un comportement qui incite l’autre à faire ce que nous redoutons le plus. Enfin, si vous pouvez dialoguer avec votre partenaire, tenter d’aborder le sujet de manière détournée grâce à des magazines qui traiteraient du sujet, ce petit film qu’on vous aurait envoyé….bref essayez de voir quel est aussi son ressenti vis à vis de ce sujet et sans doute pourrez vous apaiser vos craintes ou bien alors trouver la preuve que vous chercher.
      Bien à vous,

      1. chercher le ressenti du PN ? c’est le meilleur moyen pour se faire manipuler à nouveau.. j’ai été convaincue pendant la majeur partie de ma vie que mon père n’était pas maltraitant, physiquement ou moralement, alors que l’évidence était là !
        tu peux avoir de multiples fractures, une dépression et une détresse profonde et des traumatismes terrifiants sans pour autant croire que ça n’est pas ça la vie ou que ça n’est pas normal…!
        Ne surtout pas demander son avis à un PN ou à un manipulateur si on veut s’en sortir !
        Faites vous confiance ! Vous n’avez besoin de personne pour ouvrir les yeux, vous avez déjà commencé puisque vous êtes ici !

    2. je dirais qu’à partir du moment où vous doutez sur le sujet, c’est que vous vous trouvez déjà dans une situation dont vous souffrez…
      il ne faut pas forcément qualifier l’autre de PN pour qu’il soit toxique et la vraie question est « êtes vous dans une relation qui vous convient réellement ? »
      sans être face à un PN, on peut, excusez moi des mots, être simplement face à un con et ce n’est souhaitable à personne non plus.
      vous n’avez pas besoin qu’on vous prouve qu’il est tel ou tel profil, si vous n’êtes pas heureuse, si vous ne vous retrouvez pas dans cette relation, alors il est temps que ça cesse car vous méritez certainement mieux.

      1. C’est autre vision que j’apprécie aussi, beaucoup plus radicale c’est sûr, mais sans doute que certaines situations demandent une réponse moins douce 😉 Souhaitons que GLB trouvent dans nos différents mots la force de combattre et soigner ses maux !!
        Je comprends votre vision surtout si l’un membre de votre famille est un PN, mais devant l’incertitude de GLB, j’avoue avoir cherché à l’aider plus dans le diagnostique de sa situation que dans une recherche de solution immédiate. Votre vision du « con » nous sort du doute et permet effectivement d’agir qu’il soit PN ou pas. Bravo !!
        Je vous rejoins sur l’anormalité d’une situation qui peut être vécue comme normale par la victime qui n’a connu que ça ou qui a fini par accepter sa situation comme étant normale car elle perdure dans le temps et que plus le temps passe et moins la victime se sent la force de réagir…je comprends tout à fait cela !! Parfois le cerveau nous fait oublier certaines choses que l’on ne vit plus…heureusement 🙂
        Merci pour cet échange 😉

    3. Très juste; au travail aussi. Ils sont partout.!!
      Soyez très vigilante! Les MPN ne sont pas tous violents physiquement. Il faut se méfier quand on a l’impression qu’il souffle le chaud et le froid. Il est fuyant. Il est généralement intelligent et il fait tout pour ne pas se faire prendre. Celles qui sont victimes de violences physiques peuvent se défendre relativement mieux que les autres, sous violences psychologiques. Le MPN se débrouille toujours pour lui faire douter de son analyse des faits. Ils sont redoutables!!

  8. dommage surtout qu’une fois encore, on réduit cette pathologie aux hommes…. Alors qu’elle ne se confine pas aux hommes, mais aussi aux femmes, bien plus qu’on ne le pense…. et je pourrai en parler bien bien bien longuement……

    1. En effet dans cette video, il est montré un homme en toxique.

      En revanche, si vous observez le travail de CVP, et le blog, vous verrez que l’association n’a en rien un discours sexiste, masculiniste, ou féministe. La violence est asexuée. La victime aussi.

  9. Ben moi je pt vous dire que la vidéo est similaire a ce que j’ai vécu pendant 13 ans marié, trois enfants divorcer depuis 14 ans privé de une de mes fille pendant 9 ans qui reste juste a un coin de rue, suite au divorce….. le cour métrage est très bien faite , le visage de Marie je l’ai eu souvent …triste juste avant qu’ont sorte, jamais de compliment sur mes belle robe , la bouffe jamais correct , malaise dans des soirée dénigrement subtile….. . le NP. est bien présent dans la vie de tout les jours …. 4 ans et demie avec un autre tipe de ce genre.. la, seule depuis 9 ans, car je veut enfin , si je rencontre un homme pouvoir vraiment aimer la vie encore comme je l’aime la, présentement seule… sans narcissisme de la part du conjoint…. sans reproche subtile …. juste être heureuse simplement sans complication. J’ai compris avec le temps que si je trouve les choses compliquer c’est que je suis pas a la bonne place le bonheur est supposer être simple.. l’amour aussi …..

    1. J’ai pris la même décision, celle de rester seule pour un bonheur simple. Lors des soirées entre amis j’étais tout simplement inexistante même vêtue de ma plus jolie robe. Aujourd’hui le fait de revêtir ma plus jolie robe me fait plaisir à moi et cela me suffit pour me sentir bien. Je n’arrive plus à m’imaginer en couple, 16 années à essuyer son mépris, son égocentrisme, son égoïsme et ses fausses gentillesses. Ca fait deux ans et demi que je l’ai quitté, six mois que nous sommes divorcés et il essaie encore de me manipuler. Ma seule protection est de ne plus avoir de contacts visuels avec lui.
      Je n’ai pas envie de refaire ma vie, non pas parce que j’en veux aux hommes de la terre entière, mais parce que je n’ai plus confiance en moi vis à vis d’eux. C’est comme si j’avais été marqué au fer rouge, la marque ne disparaîtra jamais.

    2. Bonsoir, il semblerait que je sois loin d’être un cas isolé ; après avoir vécu mon enfance auprès d’une grand-mère perverse narcissique et m’être détachée d’elle sans savoir qui elle était, simplement en fuyant le danger qu’elle représentait, l’homme (jeune homme) que j’ai rencontré et avec qui j’ai été pendant six ans l’était lui aussi. Je suis frappée de la récurrence des témoignages de personnes ayant fui une personne ainsi pour tomber entre les griffes d’une autre. Je me pose beaucoup de questions ; « ressentent » t-ils la brèche chez les personnes fragilisées par leur passé, ou bien cela vient-il de moi ? Je me demande parfois si je serai apte un jour à rencontrer une personne que j’aime qui ne me soit pas toxique et avec qui une relation sera possible. Je me demande si, en rejetant la sentimentalité et en recherchant les qualités purement intellectuelles chez un homme, je ne vais pas toujours être confrontée à cela : un homme d’une grande intelligence, qui toujours me pourrira, ou bien la solitude. J’ai peur, j’ai aussi peur d’être moi-même devenue toxique pour autrui. Je me replie, et ressens de moins en moins d’empathie. Je crois que je suis un monstre social né de la monstruosité d’autres.
      Je suis désolée de m’être ainsi épanchée, mais je me pose parfois beaucoup de questions, et je ne sais qui peut y répondre.

      1. Bonjour Lise

        J’ai un père pn et je n’ai rien fait d’autre que d’épouser un autre pn. Chaque fois qu’une personne me dit que c’est le schéma habituel, je ne peux m’empêcher de faire une grimace de dégoût. Comment ai-je pu retomber dans cet enfer. Ce n’est pas vous qui avez un problème, vous êtes juste quelqu’un de bien. Ne vous repliez pas sur vous même, au contraire. Vous devez apprendre à avoir confiance en vous. Il y a un peu plus d’un an je me suis inscrite à des cours de Wing-Tsun ( Art Martial chinois ) Le simple fait d’apprendre à me défendre physiquement m’a rendu plus forte psychologiquement. J’ai vite retrouvé de l’assurance. Même si je ne suis toujours pas prête à refaire ma vie, je me sens beaucoup plus en paix avec moi-même et c’est important. Dîtes vous que vous êtes sur le point d’écrire un nouveau roman dont le personnage principal est vous et votre reconstruction.

      2. Bonsoir Valérie, j’ai mis un temps fou à vous répondre, pourtant j’ai été très sensible à votre message. Déjà des témoignages comme le votre me rassurent, et ensuite je constate que je ne suis pas la seule à m’être mise aux sports de combat suite à cela..! Je me reconstruis lentement, dans mon coin. J’ai mis plus d’un an à accepter ce qui s’était passé, je me rends encore compte de nouvelles choses aujourd’hui, et je ne sais pas si je réussirai à être avec quelqu’un un jour. Je préfère être seule que revivre cela…
        Je vous remercie et vous souhaite d’obtenir la vie à laquelle vous aspirez.

      3. Je reste quand même passablement convaincue que la solitude – choisie, non subie – reste un très bon moyen de se sortir de ce genre de schéma : apprendre à s’auto-suffire, à être bien avec soi-même, à ne pas attendre que l’autre apporte le « morceau manquant ». Une fois qu’n se sent un être à part entière, on est nettement plus disponible pour une éventuelle une relation saine 🙂

  10. J’aurais voulu savoir si les PN en général sont « conscients » de ce qu’ils sont, est-ce que leur comportement, différent en public et en privé, est « voulu, tactique » ou est-ce qu’ils sont définitivement ce qu’ils sont : séducteurs, charmants et pervers (malgré eux ?) ? Comment ils se voient eux ? MERCI

  11. Moi aussi j’ai été victime d’un PN. J’ai pris long temps a m’en rendre compte. Ça manipulation a été tellement subtil, que la plus part du temps je versais la culpabilité sur moi, et je me disais que c’était moi qui ne s’adaptait pas a la situation, que c’était moi qui était très jalouse (alors que lui draguait tous le nanas de mon entourage), que c’était moi qui était très parano (alors qu’il me trompait avec je ne sais pas combien de femmes) Jamais il a eu un mot aimable envers moi, et j’essaies de trouver ça normal. Heureusement j’ai écouté mon intuition (sans laisser de me sentir coupable car « j’ai envahissait son intimité ») et j’ai regardé ses mails et ses MSM. J’ai appris tout la vérité (avec de photos et tout). J’ai essayé de parler avec lui, mais c’était impossible. Soi il ne voulait pas parler, soi il me faisait sentir encore plus coupable (il faut jamais parler avec ces types de gens car ils n’écoutent jamais) Il m’a fallu quand mémé un an avant de me décider de le quitter. Aujourd’hui je suis amoureuse de nouveau, et c’est quelqu’un de bien. C’est quelqu’un qui m’aime et qui me le fait voir à tout moment. Les blessures ils ne sont pas encore tous cicatrisées, mais petit a petit je prend plus de confiance en moi même. J’ai voulu partager mon expérience car j’ai lu de commentaires des personnes que disaient d’avoir perdu tout espoir envers l’amour. Je peux vous dire que c’est possible, qu’ il existe de gens bien dans cet monde. Mon expérience m’ai servi pour apprendre a valoriser de choses simples mais importantes de la vie.

  12. Bonsoir, je passe remercier l’association CVP pour son travail. Depuis deux mois que j’ai vu votre vidéo par hasard j’y reviens toujours, et pas tant sur la vidéo que ses commentaires. Celle-ci est très bien faite, et reflète bien une réalité extérieure ou « simplifiée » de cette situation. Vous avez permis de regrouper des personnes dont certaines se sentaient probablement perdues comme moi face à cela, et m’avez permis d’accepter certaines choses et de comprendre beaucoup mieux. D’être écoutée, aussi, et de ne plus être seule face à ce que j’ai vécu, la compréhension/acceptation, et la reconstruction.
    Je me trouve bête à exposer tout ceci, aussi je vous demande de me pardonner si mon propos manque de cohérence.

    1. Ne vous sentez surtout pas gênée par votre témoignage, c’est au contraire faire preuve de courage que de venir ainsi exposer aux autres son ressenti face à une situation qui bien souvent perdure à cause de cette chape de plomb qu’est le silence. En effet, je trouve que la vidéo et les témoignages ont eu cet effet libérateur sur beaucoup de monde et ont permis ainsi de faire taire quelque peu ce silence si culpabilisant qui bien souvent nous ait apparu ou apparaît encore pour certains/es comme l’unique solution…pour le moment !!
      Le premier pas vers la guérison et la reconstruction est souvent le plus difficile car il commence par le fait de se pardonner à soi-même et pour ce faire rien n’est plus important que de prendre la parole et de briser ses chaînes de silence. Parler c’est exister par vous-même, et les PN l’ont bien compris, c’est pour cela que souvent ils ne supportent que les paroles qui vont dans leur sens…. Alors maintenant parlez et vivez pour vous et si c’est avec nous, alors c’est un bon début 🙂

  13. Pourquoi on ne parle jamais des hommes qui eux aussi vivent la même chose avec des épouses ou conjointes complètement hitlérienne , des femmes narcissiques et dépressives qui peuvent transformer la vie d’un homme épanoui en homme chien ????? Faudrait arrêter de trop idéaliser les femmes à un certain moment !!! Les cas de violences psychologiques ça existe aussi bien chez les hommes que les femmes !

    1. On ne parle jamais des hommes victimes parce qu’ils sont encore plus discrets que les femmes sur ce qui leur arrive et parce que certaines organisations féministes ont acquis le monopole de la souffrance et de la victimisation. Au mépris de toutes les études récentes vous verrez tout au plus en tout petits caractères une ligne indiquant que les hommes sont parfois aussi victimes et aussitôt une commentaire qui ajoutera qu’ils sont très minoritaires. C’est le nouveau sexisme dans toute sa splendeur.

      1. Aux groupes de discussion CVP, les hommes sont de plus en plus souvent présents.
        Et de plus en plus viennent me consulter.
        Il faut les autoriser à dire. Les écouter; et faire tomber les a priori

      2. Cher monsieur,
        On ne dit pas qu’il n’y a que des femmes victimes de PN, mais je pense que les femmes parlent peut-être plus facilement de leurs difficultés que les hommes. Ceux-ci sont parfois fort pudiques quand il s’agit d’exprimer leurs émotions. Etant moi-même une femme victime d’un PN, il m’a fallu des années de lectures diverses pour savoir de quoi « souffrait » mon mari. Pendant plus de dix ans, je me suis tue tellement j’étais honteuse de ce qui m’arrivait. Après 16 ans de mariage qui ont été un enfer psychologique pour moi, je me suis décidée à demander le divorce pour sauver ma peau et celle de mon fils. Je vais mieux mais je n’arrive toujours pas à faire confiance à un homme et mon ex-mari continue ponctuellement à me harceler de différentes manières mais je n’ai plus peur. Le fait d’oser parler de ce qui nous est arrivé, qu’on soit un homme ou une femme peut nous aider à aller mieux et peut aussi aider d’autres personnes…

    2. Effectivement je sors d’une relation avec une femme qui à toutes les caractéristiques d’une perverse narcissique !!
      Et le pire c’est qu’après tout le mal qu’elle à fait, je ne peux rien faire à part oublier … C’est frustrant

  14. Les commentaires sont plus intéressants que le spot vidéo, parce que plus proches de la réalité. les PN ne sont pas des « gros lourds » qui se risquent à maltraiter leur conjoint en public de façon TROP évidente. Tout est sous contrôle avec eux : leur apparence, travaillée dans les moindres détails, leur discours, le vocabulaire, le ton, la voix, les thèmes de discussion et la pseudo-pensée…, veiller à se conformer aux attentes des gens extérieurs et à susciter l’admiration ou à défaut l’endormissement. Le ou la conjoint(e) est sous contrôle, empêchée de dire, et l’auditoire également : le PN est le seul acteur, les autres sont ses instruments. Tout se fait dans la subtilité.

  15. Je regrette cette vidéo « énormément  » sectaire.
    Même sexiste et pervers.
    Homme violent et pervers, violeur et violent.
    Pauvre femme, soyez tous avec elle et plaigner la !!!!!

    Corriger cette vidéo, les femmes narcissique sont bien présentes et sont même pire que les hommes.

    Un peut de vérité serait la bienvenue.

  16. Merci ❤ c'est très bien réalisé et joué…On se croirait chez eux…dans l'intimité souvent cachée et malsaine de gens qui souffrent… Vive les psy ^^! j'ai vécu aussi ce genre de schéma…Je suis libre aujourd'hui grâce à des gens comme vous qui m'ont ouvert les yeux…et grâce au chemin de réconciliation avec moi-même pour guérir et ne plus me placer en victime…m'aimer comme je suis ❤

  17. J’ai donné 15 ans de ma vie à un homme brillant, subtil, tellement intelligent… Ce n’était pas mon père, ni mon compagnon, c’était pire… Parce que j’aurai voulu qu’il soit tout ça… C’était mon prof, puis c’est devenu mon « patron »… Il savait tellement bien manier l’art de la manipulation que je suis carrément devenue accro. J’ai eu beaucoup de mal à décrocher… ça m’a profondément marquée, conditionnée… Tellement que je suis même tombée dans le panneau avec une autre perverse narcissique… une amie… enfin je la prenais pour mon amie… (et j’ai toujours beaucoup de sentiment à son égard). C’est un peu le problème quand ce genre de rencontre arrive très tôt dans la vie : on a une petite tendance à récidiver 😉
    Aujourd’hui ça va beaucoup mieux ! Vraiment mieux ! J’ai réussi à fermer la porte, et ça a été une vraie renaissance. Et professionnellement ça a carrément été une révélation. C’est un grand sentiment de liberté… Mais aussi un besoin de l’exprimer et de se dire… (pour définitivement tourner la page au niveau personnel). Alors je prépare, dans mon coin, un petit « truc » pour raconter tout ça… Ce sera un peu ma résilience… Je serai très heureuse de partager avec ceux et celles qui ont vécu un peu les mêmes choses, qui pourront apporter leurs touches ça et là à ma petite oeuvre (sans prétention….). Mes deux derniers coups de coeur en matière d’oeuvre artistique relatant du sujet sont « Whiplash » de Damien Chazelle et « El Clan », en ce moment au cinéma… Voilà pour le partage !

  18. Une vidéo difficile à regarder tellement elle rappelle des souvenirs.
    J’ai grandi pendant 20 ans auprès d’un père PN envers moi et envers ma mère. Ma mère ne s’en est libérée qu’au bout de 28 ans de mariage et elle n’a jamais refait sa vie. Elle tente depuis 15 ans de rééquilibrer sa vie tant bien que mal. Moi même j’ai mis plus de 15 ans à commencer à me débarrasser des idées malsaines dont il a su me convaincre (je ne vaux rien, je ne mérite rien) et avec l’aide d’un thérapeute je commence à me reconstruire. Je n’ai compris ce qu’il était vraiment qu’après avoir rencontré un ami qui venait de vivre la même chose avec son ex-femme. Avant je naviguait constamment entre l’idée qu’il était un bon père et qu’il avait forcément raison sur tout (et notamment sur son opinion de moi) et l’idée qu’il était responsable de l’état de détresse dans lequel je me trouvais (ce qui générait en moi honte et culpabilité).
    Merci pour cette vidéo, qui n’est sans doute pas parfaite. Elle ne montre sans doute que quelques facettes d’une telle personnalité. Cette forme de violence est tellement pernicieuse que je pense il est très difficile pour les gens qui n’ont jamais vécu ce genre de situation de l’intérieur de comprendre ce qui se passe vraiment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s